EmarketingWay voix du numérique (partout)

Revue de tendance des technologies par Mickaël Jouyaux, consultant & formateur, Montréal Paris.

Confinement Total 2.0 Épisode 4 : réseauteuses, réseauteurs, Eventbrite vous aime en numérique

Le modèle omnicanal est provisoirement et partiellement mis au placard pour cause de tsunami environnemental planétaire. Une opportunité que des plateformes dédiées telles qu’Eventbrite ou Meetup, entre autre, saisissent pour nous inciter à organiser et rejoindre des rencontres sans risque sanitaire ! Le résultat de leurs efforts de circonstance est (très) perfectible si l’on en croit l’éventail encore modeste des événements en ligne offerts. Cette évolution présente du reste l’intérêt de bannir à terme les frontières géographiques dans le domaine du réseautage et de la communication événementielle, tout comme l’a fait dès la fin du 20ème siècle le commerce électronique. L’idéal est évidemment de pouvoir offrir une « expérience utilisateur » équivalente quelque soit la nature des participations : physiques ou numériques. Et permettre par exemple d’engager « techniquement » une vraie conversation sécurisée en aparté lors d’un 5 à 7, quelque soit le statut des protagonistes : sur place ou à distance. En terme de fonctionnalités, le chemin à parcourir reste assurément… encore long ! Courage.

Poster un commentaire »

Confinement Total 2.0 Épisode 2 : Communication, on évite les idées créatives super plates :(

Poster un commentaire »

« News jacking » : une offre spéciale de circonstance…

Poster un commentaire »

300.000 personnes ont « snappé » Sephora

Baptisée « Noël Givré », cette opération a été conçue comme une chasse au trésor mêlant affichage, vitrines et Snapcode, avec Snapchat. Les utilisateurs du réseau social ont pu grâce à elle obtenir des gains et codes promotionnels via 3000 affiches publicitaires.

Une campagne qui a su utiliser la réalité augmentée de Snapchat pour donner vie à des affiches publicitaires dans la rue, et inciter via des jeux concours ses utilisateurs à se rendre en magasin pour effectuer leurs achats.

Lire l’interview d’Elisabeth Sehmer, directrice marketing Sephora France et voir la vidéo de la campagne sur petitweb.fr

Poster un commentaire »

Quand L’Expérience Utilisateur dope la performance et l’attractivité de l’entreprise

Communément appelée UX, l’expérience utilisateur englobe toutes les interactions des usagers avec l’entreprise, ses services et ses produits. Élément central de leur développement, elle est une priorité pour 70 % des entreprises, quelle que soit leur taille (IDC). L’heure est désormais au passage à l’acte pour transformer l’UX en vecteur de performance et d’attractivité, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’organisation. Mode d’emploi. Sans conteste, c’est en interne que démarre l’expérience utilisateur.

L’UX repose sur l’identification des besoins, attentes et points de frustration des usagers, dans l’objectif stratégique de délivrer une qualité de service optimale. A qui ? aux clients de l’entreprise évidemment, mais pas seulement ni même en priorité ! Les collaborateurs, ces utilisateurs « comme les autres » doivent impérativement être les premiers bénéficiaires de l’UX. Cela passe notamment par la « digital workplace », soit leur environnement de travail numérique, véritable vitrine de l’entreprise.

Lire l’article au complet sur Forbes.fr 🙂

Commentaires fermés sur Quand L’Expérience Utilisateur dope la performance et l’attractivité de l’entreprise

5 things retailers can learn from Birchbox

Rachel Humphrey, director of PR and strategic partnerships at Birchbox UK shares five ways the subscription retailer has created a whole new way for consumers to buy beauty products both online and in-store.

1. Find your niche

Birchbox was one of the first brands to capitalise on the increasingly popular subscription model of retailing. And when it launched in 2010, less than 2% of beauty was sold online. Its founders realised how inefficient beauty sampling was and wanted to create a new way of attracting new customers to beauty brands.

Full article by essentialretail.com (source) is waiting here !

Poster un commentaire »

Pourquoi Carrefour rachète la FoodTech Quitoque ?

Le groupe de distribution annonce aujourd’hui sa prise de participation majoritaire dans la start-up Quitoque.

Créé en 2014, Quitoque est le leader français de la livraison à domicile de paniers-repas à cuisiner. Grâce à un système d’abonnement, la start-up propose chaque semaine des recettes à préparer chez soi avec des produits locaux, bio et de saison. Quitoque adresse une clientèle jeune, active et urbaine, soucieuse de manger « healthy ». En 2017, la société, qui compte 60 employés, a livré près de 3 millions de repas dans toute la France.

Lire la suite grâce à Frenchweb.fr (crédit photo : Quitoque)

Poster un commentaire »

Comment l’expérience client bouscule l’économie

Avec l’avènement de l’« expérience client », qui succède aux produits et aux services, les entreprises doivent repenser en profondeur leur organisation. Les gouvernants sont eux aussi concernés.

Une révolution silencieuse se passe sous nos yeux. Elle touche un moment crucial de l’économie, ou plutôt de l’économie marchande : celui qui réunit un acheteur et un vendeur pour une transaction. Tout avait commencé avec le produit. Ce produit est devenu la base d’un service. Puis ce service a été intégré dans une solution. Cette solution participe désormais à l’expérience client. Pareille expression fait penser à une mode de marketing. Il s’agit en réalité d’un changement profond, qui vient à la fois de la montée de la concurrence et des technologies de l’information, qui se répercute dans l’économie tout entière…

Lire l’article complet sur lesechos.fr

Poster un commentaire »

Comment the-shop.co double le taux d’inscription à sa mailing list ?

La réponse est à un clic, grâce à Widoobiz.com (Adrien Salamon).

Poster un commentaire »

Pourquoi Amazon va disrupter le retail physique ?

amazon_retail_disruptionLa principale menace qui pèse aujourd’hui sur mes amis retailers de la grande distribution, dont Auchan évidemment, ce n’est pas la croissance de l’e-commerce, ni même la concurrence d’Amazon avec le online (quoi qu’elle fasse déja du mal), mais bel et bien l’arrivée potentielle d’Amazon comme retailer lui-même.

Car ma conviction est bel et bien qu’Amazon va débouler fortement dans le retail, et ce tsunami là sera finalement bien plus violent que celui de l’e-commerce et devrait totalement redessiner le paysage du commerce physique.

Lire l’article complet de Michel de Guilhermier, président et fondateur de Day One Entrepreneurs & Partners (source : frenchweb.fr)

Poster un commentaire »

Comment digitaliser un événement ?

événementiel connectéPour un événement, le digital peut-être perçu comme un excellent moyen d’en assurer la promotion, le recrutement, la motivation des invités ainsi que l’expérience sur place.

Cependant, nombre d’événements ne se sont pas encore digitalisés, et d’autres optent pour une course à la dernière innovation sans lendemain. Voici quelques pistes pour apporter un digital utile et engageant dans l’événementiel !

Avant l’événement

L’inscription et l’accueil

La gestion de la billetterie et de l’accueil des participants est désormais grandement facilitée par des solutions en ligne de SaaS (software as a service) telles qu’Evenium, Weezevent, Xing Events ou Eventbrite, …

Lire l’article complet sur Lareclame.fr (source)

Poster un commentaire »

People-based marketing : Facebook launches the new Atlas

Facebook AtlasErik Johnson, Head of Atlas, just announced the launch of Atlas saying « We’ve rebuilt Atlas from the ground up to tackle today’s marketing challenges, like reaching people across devices and bridging the gap between online impressions and offline purchases ».

People spend more time on more devices than ever before. This shift in consumer behavior has had a profound impact on a consumer’s path to purchase, both online and in stores. And today’s technology for ad serving and measurement – cookies – are flawed when used alone. Cookies don’t work on mobile, are becoming less accurate in demographic targeting and can’t easily or accurately measure the customer purchase funnel across browsers and devices or into the offline world.

People-based marketing solves these problems.

Atlas delivers people-based marketing, helping marketers reach real people across devices, platforms and publishers. By doing this, marketers can easily solve the cross-device problem through targeting, serving and measuring across devices. And, Atlas can now connect online campaigns to actual offline sales, ultimately proving the real impact that digital campaigns have in driving incremental reach and new sales.

Atlas has been rebuilt on an entirely new code base, with a user interface designed for today’s busy media planners and traffickers. Targeting and measurement capabilities are built-in, and cross-device marketing is easy with new ways of evaluating media performance centered on people for reporting and measurement. This valuable data can lead to better optimization decisions to make your media budget even more effective.

The industry is moving to people-based marketing

We’re excited to announce that Omnicom is the first holding company to sign an agency-wide ad serving and measurement partnership with Atlas.  Together, Omnicom – powered by Neustar technology– and Atlas will jointly develop integrations to enable more automated capabilities for Omnicom’s clients, including Pepsi and Intel – who are among the first testing the new platform.

We’re also welcoming a key group of partners that cross search, social, creative management and publishers.  These partners will bring people-based measurement to more channels and platforms with seamless integrations.

For example, Instagram – as a publisher – is now enabled with Atlas to both measure and verify ad impressions. And for Atlas advertisers who are already running campaigns through Instagram, Instagram ads will be included in Atlas reporting.

Full article here.

Source : atlassolutions.com

Poster un commentaire »

Pour une déontologie de la collecte et l’exploitation des données

big dataLe monde a changé. Force est de constater que notre quotidien ne ressemble pas vraiment, voire vraiment pas, à celui de nos parents. Pour évacuer d’emblée les fantasmes mêlant fascination et paranoïa, précisons de quels changements nous parlons.

La dématérialistion

Livres, films, photos… tout ce qui requérait un support physique se décompose désormais en une série de 1 et 0 et se stocke sur une clef USB ou dans le cloud. Plus besoin de faire sa sélection d’albums et de livres à emporter en voyage à l’ère du streaming, du cloud et des liseuses.

Le pouvoir de prédire

Les progrès technologiques et méthodologiques rendent l’analyse de gigantesques masses de données hétérogènes possible, et ce, à une vitesse et un coût ridiculement bas. Cette révolution nous permet d’espérer prédire l’évolution de l’épidémie d’Ebola à partir de l’analyse des données de géolocalisation enregistrées par les téléphones portables.

Sur le registre économique, la prédiction permet à Amazon de faire jusque 30% de chiffre d’affaires additionnel, grâce aux recommandations fondées sur l’analyse de tous les historiques d’achat.

Lire la suite de l’article sur huffingtonpost.fr

1 Commentaire »

Marketing traditionnel et digital ne font qu’un

marketing traditionnel vs digital

Un article datant du printemps 2014 mais que je ressors volontiers du frigo, compte tenu de l’éclairage didactique qu’il apporte… :

Le marketing est né à la fin du XIX siècle avec les débuts de la publicité et de la consommation de masse, avec un âge d’or dans les années 50-60 symbolisé par les mad men, où le défi consistait à trouver le bon slogan, avec la télévision comme principal voix de diffusion de la publicité. Le marketing digital est né dans les années 90, dans la foulée d’internet, avec la première bannière.

Tout comme le digital et le réel ou  le e-commerce et le commerce traditionnel, le marketing digital et le marketing traditionnel étaient comparés voire opposés, chacun régnant sur son monde, chaque monde étant fermé à l’autre.

Avec les années 2000, le monde réel et le monde digital ont commencé à se rapprocher, à converger, cette convergence s’est ensuite accélérée, et même si elle est toujours en cours, leur fusion est inéluctable, le monde réel se digitalise.

Lire la suite sur lesechos.fr

Poster un commentaire »

Accor digitalise l’accueil de ses clients

Le groupe offre à ses clients un nouveau service digital facilitant leur check-in et check-out. Pour le groupe hôtelier, digitalisation rime avec personnalisation. Offrir à ses clients un accueil toujours plus personnalisé est l’objectif recherché par Accor avec la mise en place de son nouveau
dispositif digital. L’accueil du voyageur débute désormais deux jours avant son arrivée par la
réception d’une invitation à préparer son check-in en ligne. Le jour J, il reçoit un SMS d’accueil
l’informant que sa chambre l’attend et lui indiquant toutes les informations pratiques pour
faciliter son arrivée. Sur place, sa clé, préparée à l’avance, lui est remise sans la moindre formalité
administrative. Enfin, le jour de son départ, il lui suffit de déposer sa clé à la réception. Sa facture
lui est envoyée directement par mail. Ce service, testé depuis un an dans une vingtaine d’établissements en Europe, est désormais en place dans quelque 60 hôtels dans 13 pays. Les
voyageurs qui se rendront au Brésil pour assister à des matchs de la Coupe du monde de football
seront parmi les premiers à bénéficier de cet accueil digitalisé, puisque la quasi-totalité des
établissements du groupe se situant dans des villes recevant des matchs de la compétition
seront équipés dès le mois de juin. L’objectif d’Accor est de l’étendre à plus de 1 000 hôtels à travers le monde d’ici fin 2014. Ce service
s’adresse aux clients porteurs d’une carte de fidélité ou d’abonnement ou ayant réservé en direct avec Accor.

Source : Bedouk.fr

Poster un commentaire »

65% of Emails Were Opened on a Mobile Device in Q4 2013

According to data from the US Consumer Device Preference Report: Q4 2013 from Movable Ink, way more than half of all email — a full 65 percent — is now being accessed via mobile devices in the U.S.

That’s up relatively steeply from just 61 percent for the third quarter of 2013.

Of the 65 percent of email that gets opened on mobile gadgets, smartphones take home the lion’s share of messages. Around 16 percent of messages get opened on tablets — up one percent quarter over quarter.

These messages don’t get more than a few seconds of readers’ attention, but if your intended recipient is using an iPhone, your chances are a bit better. About 38 percent of iPhone users spent 15 seconds or more viewing each message, with 35 percent of Android smartphone owners reporting spending 15 seconds or longer on each message.

“This quarter’s report shows that we are in the midst of a mobile takeover,” said Movable Ink cofounder and CEO Vivek Sharma in a statement on the news.

“In the new year, we expect marketers to continue to place high priority on mobile optimization, which will allow them to better engage consumers who are on-the-go with relevant, real-time offers.

”Indeed, email open rates for commercial email have surged since email-reading began shifting toward mobile devices. Thinking mobile-first for email, especially for brands, agencies, and marketers, is absolutely essential.

“As more people access email on the go, there is a higher probability that marketers will reach them,” said Appboy marketing director Cezary Pietrzak in arecent op-ed on VentureBeat. ”Despite its lack of novelty, email is still massively effective. … It’s the only non-native messaging format that can bring an audience back into a mobile app. This is a big selling point for mobile marketers, who typically lose 76 percent of their users after three months.”

All this adds up to an email marketing renaissance.

The day when more people open and respond to email in the palm of their hand than while at their desks is rapidly approaching and represents nothing less than a sea change for email marketers,” reads an IBM whitepaper on the subject. ”Email marketers have a huge opportunity to reach consumers anywhere, any time, on their mobile devices.”

Read the whole story at VentureBeat

Poster un commentaire »

Paysage numérique : 5 prévisions pour la nouvelle année et au-delà

gigya-ccc-connect-collect-convertGIGYA, fournisseur de solutions de Social CRM, suggère et détaille dans un livre blanc téléchargeable gratuitement ici cinq pistes d’évolution pour le marketing digital en 2014 et après.

Ces prédictions soulignent l’importance pour les entreprises de rester compétitives en trouvant de nouveaux moyens créatifs, d’acquérir et fidéliser les clients en misant sur les médias sociaux, les données sociales et les terminaux mobiles. Quelques liens, ci-dessous, nous éclairent sur la définition des termes employés dans ces pronostics avisés…

1. La collecte massive de données à travers de multiples points de contact se généralise.

2. Les marketers bénéficient d’une plus grande emprise sur les données qu’ils gèrent.

3. Les médias sociaux portent largement le développement du « big data« .

4. Le « permission marketing » devient la norme incontournable.

5. Le « programmatic marketing » met fin au marketing traditionnel.

Poster un commentaire »

Baromobile 2013 : le smartphone devient un média de masse

smartphonePour cette 5ème vague, Omnicom Media et SFR Régie mènent l’enquête sur la place du mobile dans la vie quotidienne des Français et son impact sur le parcours consommateur. Cette nouvelle édition du Baromobile inscrit le mobile dans une phase de maturité et d’interaction avec les autres media. Dans un premier temps, les évolutions et la consommation remettent en perspective le marché du mobile : le taux d’équipement des Français en smartphone atteindra en 2014 65% de pénétration, alors que le taux de renouvellement est en baisse principalement du fait de l’explosion des forfaits sans subvention et du manque d’innovations.

Cependant, l’explosion des fonctions propres à l’Internet mobile engendre une croissance massive du temps passé sur smartphone (hors appels téléphoniques) : les mobinautes passent en moyenne 36 minutes sur leur mobile soit 7 minutes de plus qu’en 2012. On note également que la part des mobinautes réguliers est croissante : 75% d’entre eux se connectent tous les jours ou presque (+13 points vs 2012). Ces tendances démontrent la phase de maturité du media mobile dans laquelle nous entrons. Alors que le mobile reste sous-estimé dans sa contribution au tunnel de conversion, on note qu’il est souvent le dernier point de contact avant l’achat : 60% des mobinautes se connectent dans la rue ou dans les centres commerciaux à proximité des points de ventes des annonceurs.

Le Baromobile constate également la progression constante des usages sociaux sur mobile : 58% des mobinautes se sont connectés à un réseau social via l’Internet mobile. Plus largement, il observe que le mobile est le catalyseur des usages en multitasking illustré par ce chiffre : 41% des mobinautes utilisent simultanément la TV et leur mobile ; c’est une des tendances majeures de l’année 2013 ! Le mobile agit également en complémentarité des autres media et notamment la TV : 45% des mobinautes ont commenté une émission TV sur leur mobile et 25% ont déjà utilisé une application connectée pour interagir avec une publicité. En conclusion, le smartphone s’inscrit désormais comme un mass media, susceptible d’agir à chacune des étapes du tunnel de conversion. Ce levier qui connaitra certainement d’autres évolutions en 2014 avec le déploiement de la 4G offre dès aujourd’hui de très nombreuses possibilités en termes de stratégie media. Le mobile s’inscrit d’autant mieux dans le parcours consommateur qu’il est le seul point de contact « always on ».

Source : cbnews.fr

Poster un commentaire »

Pourquoi le magasin physique n’est pas mort

Voués à disparaître les points de vente physiques ? Il suffit de se promener dans les grandes villes du monde pour se convaincre que, loin d’avoir succombé sous les assauts du e-commerce, le commerce physique « traditionnel » connaît au contraire une véritable renaissance.

Vous êtes sceptique ? Alors, faisons un saut à New York où la concentration d’enseignes, d’initiatives et de concepts innovants permet, plus aisément qu’ailleurs, de saisir l’air du temps et de dégager ce qui caractérise cette renaissance.

L’assimilation du digital est réalisée

La première chose qui frappe dans les magasins new-yorkais est le recul de la « présence » de Facebook. Il y a un an, le pouce emblématique de Facebook apparaissait, d’une manière ou d’une autre, dans tous les magasins. Sa quasi disparition n’est pas anecdotique. Elle est le signe d’une reconquête par les enseignes de l’espace de leurs points de vente et de leur propre marque. L’élimination de cette tierce présence va de pair avec une évidente maturité des enseignes dans le domaine du cross canal. Toutes jouent clairement la carte de la complémentarité on et off-line, de la convergence entre web & store – avec des solutions qui pour être parfois très simples n’en sont pas moins ingénieuses et efficaces. Par exemple, dans le flagship Piperline de Soho, les rayons portent les mêmes noms que les rubriques du site web. Le client sait ainsi immédiatement où il doit aller pour acheter ce qu’il a repéré en ligne et vice-versa !

Lire la suite

Source : journaldunet.com

Poster un commentaire »

7 usages marquants et tendances de l’e-mailing

L’e-mail to store fait partie des tendances émergentes dans les campagnes d’e-mailing selon l’étude E-mail Marketing Attitude B to C présentée par le SNCD et réalisée par Bisnode.

Le canal de prédilection pour suivre l’actualité d’une marque, est l’e-mail à 46%, devant le site web (32%), le courrier papier (10%), le mobile avec les réseaux sociaux pour 8%, selon la septième édition de l’étude E-mail Marketing Attitude B to C (EMA B to C) présentée par leSNCD (1).

Cette étude réalisée par Bisnode  » souligne l’importance de la communication personnelle on line dans l’acte d’achat, notamment sur l’achat dans un magasin pratiqué par 20 % des internautes suite à la réception d’un e-mail. Cette pratique e-mail to store, impacte les modalités de mesure de la performance des campagnes d’e-mailing « , explique Bruno Florence, membre du conseil d’administration du SNCD.

Lire la suite de l’article

Source : e-marketing.fr

Poster un commentaire »

Magasins connectés : tour du monde des initiatives les plus innovantes

Puces RFID, social shopping, cabines d’essayage virtuelles, body scanners, géolocalisation indoor… Voici comment les enseignes importent en magasin les outils de l’e-commerce.

La suite sur 6 pages

Source : journaldunet.com (via APCE)

Poster un commentaire »

Le bon moment pour envoyer un mail ou un SMS

L’explosion des devices mobiles permet aux annonceurs de toucher leurs cibles en permanence tout au long de la journée. Cette proximité, entre le prospect et l’annonceur, ouvre des perspectives qu’aucun autre média n’avait pu fournir jusqu’à présent ! (on pense à télé / radio), pour autant la sollicitation doit être bien calculée  sous peine de voir le message ignoré, pire rejetée…

Selon les études, de 16 à 40% des emails sont ouverts depuis un appareil mobile (smartphones / tablettes). Les chiffres diffèrent selon le mode de calcul suivant qu’il est comptabilisé une ouverture uniquement depuis appareil mobile ou d’une double ou triple ouverture pc de bureau + mobile(s).

En soit le pourcentage importe peu, cette tendance sera toujours à la hausse et deviendra une norme dans les 3 à 5 prochaines années.

Il est utile de prendre tout de suite les bonnes habitudes pour viser le public mobile et déterminer le bon moment de la journée ceci étant valable autant pour les mails que pour les SMS.

http://t.co/uxNWYCFFMJ

Source : Webmarketing & co’m

Poster un commentaire »

85% of tablet owners use that devices while watching TV

http://t.co/m9VENqJafH Source : L’Atelier

Poster un commentaire »

Sony Xperia Z : promotion sous la douche

Les Tchèques savent comment lancer le Sony Xperia Z. Afin de démontrer son imperméabilité, un magasin a intégré une cabine de douche dans ses vitrines, mannequin sexy à l’appui.

Le Sony Xperia Z est conçu pour résister à l’eau et à la poussière ainsi qu’à tous les aléas du quotidien. Afin d’obtenir les indices de protection, la marque a immergé le modèle dans l’eau pendant trente minutes et confirme qu’il fonctionnait comme neuf à sa sortie de l’eau. Il résiste également aux jets d’eau.

Et pour les petits malins qui en douteraient, le magasin T-Mobile CZ de Prague n’a pas hésité à faire construire une cabine dans ses locaux pour permettre à de jeunes femmes de téléphoner tout en se douchant… le tout en maillot de bain cela s’entend. Une démonstration qualitative visiblement du goût des passants qui ont observé la scène avec une attention soutenue. Et pour éviter d’être taxé de sexiste, la marque avait également prévu une version homme sous la douche.

Sony Xperia Z promotion sous la douche mars 2013

Sony Xperia Z promotion homme sous la douche mars 2013

Poster un commentaire »

The Ultimate Social Media Event Marketing Checklist [Infographic] « Marketo Blogs

http://blog.marketo.com/blog/2013/01/the-ultimate-social-media-event-marketing-checklist.html

Poster un commentaire »

Big Data, la grande illusion ?

La cause serait entendue : après le cloud computing et l’internet des objets, les “big data” constitueraient la prochaine “révolution” apportée par le numérique. Alan Mitchell, cofondateur et directeur de la stratégie du cabinet britannique Ctrl-Shift, n’est pas d’accord. Pour lui, les Big Data auraient presque un côté contre-révolutionnaire : le chant du cygne d’une informatique productiviste, centralisatrice, centrée sur les grandes organisations.

“Les Big Data se fondent entièrement sur la statistique : dégager des schémas et des tendances à partir de grandes collections de données. La statistique fournit une manière extraordinairement puissante et utile de remettre en questions les suppositions et les inférences que les cerveaux humains produisent naturellement – et souvent de manière erronée. C’est formidable.

“Mais le principal déficit que rencontre notre société ne réside pas dans la capacité de traiter un grand nombre de données, bien au contraire. Le défi est celui de la logistique de l’information : comment transmettre exactement la bonne information à, et depuis, les bonnes personnes, au bon format, au bon moment. Une affaire de ‘Toutes Petites Données’ (Very Small Data).”

Lire la suite : LesEchos.fr

Poster un commentaire »

Marketers’ mascots flocking to Facebook

Marketers are putting characters on social media. StubHub’s animatronic talking tree with tickets as leaves is one. In commercials, the tree, known as the « Ticket Oak, » lives in a suburban backyard and doles out tickets to neighbors.

Hormel Foods Corp. has a cartoon knight named Sir Can A-Lot on Facebook. Diageo launched an ad campaign for its Captain Morgan rum last May that starred a live-action captain character. It is the first time the character has appeared in TV ads.

Ad executives say consumers on Facebook are more likely to bond with a character than the traditional company page on the social-media website. « Consumers are less likely to have a conversation with a logo or a PR guy on social media, » said Jeff Charney, chief marketing officer for auto insurer Progressive Corp., whose Flo now has 3.5 million fans on Facebook.

Source MediaPost : http://t.co/ofXD0gnq

Poster un commentaire »

Gérer le « big data », un business d’avenir

Ce devrait être un enjeu majeur pour toutes les entreprises dans les années qui viennent : comment gérer, et surtout tirer parti, de l’immense masse de données numérisées dont elles disposent ?

Lire la suite : http://www.bfmbusiness.com/article/1/g%C3%A9rer-le-big-data-un-business-d%E2%80%99avenir-141262

Poster un commentaire »

Walmart bâtit une stratégie autour des médias digitaux

La nouvelle entité innovation de Walmart passe les réseaux sociaux au peigne fin pour améliorer son marketing. Le projet est piloté par les deux fondateurs de la start-up Kosmix, récemment acquise par la chaîne.

La chaîne mondiale de grands magasins Walmart est surtout connue pour son soutien à la dispersion urbaine, mais elle a également développé une solide stratégie de médias digitaux. Le dernier développement de ce type est le Walmart Labs, une entité basée dans la Silicon Valley, contrairement aux bâtiments centraux de Bentonville, dans l’Arkansas. Comme l’indique son nom, l’entité est le laboratoire d’innovation de Walmart et vise à intégrer l’expérience du shopping entre les grands magasins et Walmart.com, en développant des plates-formes, produits et activités basés sur le commerce social et mobile. Social Genome est l’un de ces produits, un système qui surveille les réseaux sociaux pour y déceler les tendances et d’autres informations utiles, et les analyser afin d’augmenter l’efficacité de la promotion des produits. Walmart Labs est le résultat de l’acquisition par Walmart de différentes start-up d’innovation spécialisées dans l’e-commerce et le marketing mobile.

Un environnement de start-up dans un groupe corporate

La stratégie de l’entreprise est de développer l’innovation grâce à des acquisitions aussi bien que grâce à ses ressources internes. Walmart Labs tente d’allier le meilleur de ces deux mondes, les grandes entreprises et les start-up ; il s’appuie sur les ressources de sa maison-mère, sans y être totalement intégré, et préserve un parfum de start-up au sein de ce qu’on pourrait considérer comme une entreprise « ultra corporate ». Walmart Labs a été créé en avril 2011, suite à l’acquisition par Walmart de la start-up de médias sociaux Kosmix, dirigée par Venky Harinarayan et Anand Rajaraman, les fondateurs du groupe Kosmix. Depuis, Walmart a également acquis Grabble – une technologie point de vente intégrant le mobile – la start-up de publicité mobile OneRiot et, plus récemment, l’agence mobile Smart Society.

L’analyse sémantique à la base de la stratégie mobile

Le projet phare de Walmart Labs, The Social Genome, est un projet, et un produit, qui recourt à l’analyse sémantique pour collecter des données pertinentes sur les clients, sur  base de leurs conversations sociales. Il distille des tweets, des posts sur Facebook ou sur des blogs et d’autres publications à l’attention de ressources potentielles. Leur solution de gestion de données Fast Data est baptisée Muppet, et ils s’en servent pour convertir les données en termes spécifiques, ou pour extraire les tendances, en exploitant le langage naturel pour déduire, par exemple, que quelqu’un parle de Salt, le film, et non de « salt », le sel. L’objectif est d’utiliser ces données pour améliorer l’expérience du shopping grâce à un ciblage plus fin. Ce processus a permis de créer une base de connaissances étendue qui peut venir en soutien des campagnes de marketing, comme leconcours « Get on the Shell » de Walmart Labs. Il s’agit d’une compétition dans laquelle les particuliers publient une vidéo présentant un nouveau produit. Un vote en deux tours déterminera le produit gagnant, que l’on pourra alors trouver dans les magasins et sur le site de Walmart.

Source : http://t.co/R45TkpSu

Poster un commentaire »

5 ways to drive people offline

No matter what your business sells, how it sells it or how and where people buy you it, people are going online to find it, pure and simple. That’s as true for those one of kind hand made earrings as it is for the spa and auto repair shop in their neighborhood.

Full article : http://t.co/ydUvaImh

Poster un commentaire »

%d blogueurs aiment cette page :